Bien déguster un vin en 3 leçons #leçon2

Après une première analyse visuelle du vin, nous allons aujourd’hui découvrir ensemble les méthodes d’analyse olfactive du vin…

A vos nez… Prêt… Partez !

degustation_beaujolais_croifolie_gerard_crozet

L’objectif de cette « dégustation olfactive » est de découvrir les arômes…

On en distingue 3 :
– Les arômes primaires (ou arômes « variétaux »)
– Les arômes secondaires (ou arômes « fermentaires »)
– Les arômes tertiaires (ou arômes « de vieillissement »)

Les arômes primaires

Ces  arômes proviennent du raisin, et permettent d’estimer son potentiel aromatique.  Les plus dominants sont les arômes floraux et fruités.
Pour découvrir ces arômes primaires, pas besoin d’agiter le verre ! C’est ce qu’on appelle « le premier nez ».
Cette première analyse permet de sentir les substances les plus volatiles, influencées par le climat, le terroir, ou encore le millésime du vin.
La fermentation du vin, quant à elle, agit comme un révélateur d’arômes et libère les odeurs du raisin.

Les arômes secondaires

Cette fois, il est temps d’agiter le verre, de manière circulaire. Cela permet de développer les odeurs de fermentation.
A savoir : plus la quantité de sucre est importante, plus l’arôme secondaire est intense. Ainsi, les vins liquoreux  auront une intensité aromatique secondaire plus importante.

Les arômes tertiaires

Ces arômes proviennent de l’évolution du vin (oxydation, par exemple) et du terroir. Ils sont les plus difficiles à trouver et à interpréter.
Au cours de la vie d’un vin, ses arômes évoluent : ils seront de type floral et fruité à sa jeunesse, et vont évoluer vers des senteurs de fruits secs ou confits.

 Alors… votre nez en a vu de toutes les couleurs ?

Rendez-vous très bientôt pour la dernière leçon de dégustation… la dégustation gustative ! Ou comment faire vibrer ses papilles !

Publicités